Actualités, Logement, Paris

Communiqué de presse de Marie-Noëlle Lienemann, Sénatrice de Paris et Ancien Ministre du logement en réaction aux déclarations de NKM sur le logement

Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue aujourd’hui à l’Assemblée nationale, la députée de l’Essonne, Nathalie Kosciusko-Morizet  dont la plupart de nos concitoyens  ont oublié qu’elle avait été ministre en charge du logement  entre 2010 et 2012, ainsi que  Benoist Apparu, député de la Marne, ancien ministre du logement, ont vivement critiqué les mesures  proposées dans le projet de loi pour l’Accès au Logement et un Urbanisme Rénové (ALUR) .

Manifestement, Madame Koscisko-Morizet  et Monsieur Apparu sont saisis d’amnésie  et n’ont manifestement pas d’autre stratégie à proposer que de poursuivre une politique de dérégulation du marché du logement et de l’immobilier, dont nos concitoyens voient bien les dramatiques conséquences aujourd’hui.

Amnésie du bilan

10 ans de droite au pouvoir se soldent par une hausse considérable  de la part que les Français consacrent au logement, pénalisant ainsi leur pouvoir d’achat tout comme l’économie réelle et l’emploi, une hausse inconsidérée des prix du foncier (+170% entre 2001 et 2012), de l’immobilier, des loyers, un endettement important des jeunes ménages accédant à la propriété, une très faible hausse du parc HLM ( en moyenne 35 000 par an sur 10ans) en dépit de chiffres mirifiques annoncés régulièrement, un gaspillage massif d’argent public, à travers des cadeaux fiscaux pour les plus riches et consacrés à soutenir la création de logements chers ne répondant pas aux besoins prioritaires des Français.

Paris et l’ile de France particulièrement  touchés, NKM ne saurait s’exonérer de ses responsabilités

Le dérapage des prix et la spéculation sont particulièrement  forts et inquiétants dans les grandes villes et singulièrement à Paris, où Nathalie Kosciusko-Morizet prétend s’exonérer  du passif qu’elle laisse aux parisiens et aux habitants de l’Ile de France, comme elle prétend soutenir le logement pour les classes moyennes alors qu’elle a fait l’inverse au gouvernement. Il est vrai qu’elle manifeste au moins une constance : son mépris pour le logement social qui se manifeste dans l’opposition à ce qu’elle appelle « la politique du tout logement social ».

Leur amnésie concerne aussi les promesses de Nicolas Sarkozy, dont NKM fut la porte-parole.

Interviewé dans le journal « femme actuelle » le 16 Avril 2012, Nicolas Sarkozy alors interrogé sur le système allemand dans lequel le locataire peut attaquer le propriétaire si son loyer est supérieur de 20% au prix du marché, répondait alors :  » c’est une bonne idée, je le ferai », ajoutant « Il ne s’agit pas d’un blocage, mais d’un encadrement ».

Cette mesure est aujourd’hui prévu dans le projet de loi, celui-là même qu’NKM et Apparu rejettent, appelant à la pseudo mobilisation des propriétaires.

L’encadrement des loyers et des pratiques de certaines professions, la création d’une garantie universelle des loyers constituent des avancées majeures, au profit de la grande masse des propriétaires et des professionnels qui n’abusent pas et de l’immense majorité des locataires mais aussi des accédants modestes. La loi ALUR apporte une contribution importante à une nouvelle politique du logement fondée sur la réalisation massive de logements adaptés aux besoins des français et a une régulation des prix indispensable à la mise en œuvre du droit au logement pour tous.AN

Marie-Noëlle Lienemann

Copyright © 2012 Marie-Noëlle Lienemann. Tous droits réservés.