Actualités, Economie

à gauche les propositions pour la gratuité du permis sont déjà sur la table

Emmanuel Macron vient d’annoncer qu’il allait rendre gratuit le permis de conduire pour les jeunes. Pour une fois, je considère que le président de la République fait une annonce positive. Attendons cependant de voir si cette annonce se concrétise et de quelle manière.

Il est à noter qu’à l’Assemblée nationale la France insoumise avait déposé une proposition de loi en ce sens à laquelle la majorité parlementaire LREM n’a pas donné suite. Lors des primaires de gauche en 2016, j’avais fait des propositions précises pour le même objectif ; je les rappelle à votre connaissance ci-dessous . Des propositions travaillées et sérieuses existent donc d’ores-et-déjà à gauche dont le président et son gouvernement devraient s’inspirer.

* * *

Le code de la route sera enseigné et sanctionné au lycée.

Pour les primo-permis, il faut avancer aller vers la gratuité.

Le permis de conduire est un passeport pour l’emploi : pour 65% des employeurs, il est indispensable et constitue un critère d’embauche.

Le permis de conduire coûte cher : 1 780€ en moyenne avec de gros écarts régionaux. Cela pourrait baisser en développant l’usage du numérique et en encadrant la réglementation. Le code et le permis pèsent trop lourd sur les familles, quand ils sont pour certaines hors de portée.

Trop de jeunes conduisent sans permis et risquent leur vie, celle des autres, leur travail et leur avenir. La formation à la conduite est le premier pilier d’une politique de prévention des accidents de la route.

Le passage du permis de conduire est l’examen le plus passé en France avec 1 400 000 présentations chaque année, 800 000 candidats le passent pour la première fois.

On constate des disparités tarifaires ainsi que des pratiques abusives de certains acteurs du secteur, comme le rappelle l’étude d’« UFC que choisir » de septembre 2016.

En instaurant une gratuité pour les jeunes primo-candidats, avec des contrats avec les auto-écoles sur la base de tarifs encadrés, les coûts pour tous dériveront moins.

La première étape sera d’instaurer immédiatement la gratuité de l’apprentissage du code pour tous les jeunes de moins de 18 ans (puis progressivement pour les moins de 20 ans) ainsi que la gratuité de la première inscription.

La seconde étape, également mise en œuvre tout de suite, sera le versement d’un forfait de 1 000 euros à tous les jeunes en apprentissage, engagés dans des parcours d’insertion professionnelle ainsi que pour tous les jeunes au travail. Il sera financé par les fonds de la formation professionnelle et par les régions pour les jeunes en insertion. Les jeunes sapeurs-pompiers volontaires et les jeunes engagés en service civique bénéficieront également de ce forfait. Seront généralisées les initiatives des collectivités locales qui mettent en œuvre le versement d’un forfait permis aux jeunes qui s’engagent dans un bénévolat d’intérêt général. Ce forfait pour chaque jeune concerné ne pourra être versé qu’aux auto-écoles qui seront agrées à cet effet, notamment au regard des tarifs pratiqués.

La troisième et dernière étape sera, après cette mise en œuvre progressive, un bilan établi au bout de deux ans et demi pour arrêter le dispositif définitif et aller vers la généralisation de la gratuité du code et du premier permis pour tous les jeunes d’ici à la fin du quinquennat.

Copyright © 2012 Marie-Noëlle Lienemann. Tous droits réservés.