Actualités, Economie, Questions écrites au gouvernement, Sénat

Avenir de l’agriculture biologique – question écrite au gouvernement (lundi 18 mai 2020)

Mme Marie-Noëlle Lienemann attire l’attention de M. le ministre de l’agriculture et de l’alimentation sur l’avenir de l’agriculture biologique.

Le gouvernement s’est désengagé en 2017 du cofinancement de l’aide au maintien à l’agriculture biologique. De nombreuses régions se sont substituées pour maintenir ce financement puisque le gouvernement n’a pas accepté une augmentation du transfert de budget du premier vers le second pilier en 2018 pour financer ces mesures avec 100% de fonds européens.

Les contrats de maintien à l’agriculture biologique signés en 2015, venant à terme fin 2019, ne pourront être prolongés d’un an en 2020 dans de nombreuses régions, faute de moyen suffisant. A nouveau, le gouvernement a refusé d’augmenter le transfert de budget vers le second pilier en 2020 au bénéfice des mesures bio.

La situation pour les années à venir est tout aussi préoccupante : sans transfert supplémentaire vers le second pilier, les régions ne pourront probablement pas financer l’aide au maintien à l’agriculture biologique. De plus, dans les négociations sur la PAC post 2020, le gouvernement semble abandonner définitivement le financement du maintien à l’agriculture biologique à la faveur de rémunération environnementale, via l’ecoscheme, à des exploitations qui pourraient continuer d’utiliser des pesticides et aurait des pratiques moins bénéfiques que l’agriculture biologique.

L’aide au maintien à l’agriculture biologique est très importante pour les fermes, elle prend le relais, après la certification, pour consolider le nouveau modèle économique de la ferme. Les prix ne permettent pas d’assurer la pérennité de la filière bio et ne rémunèrent pas les services environnementaux apportés.

La France affiche une volonté de développement de l’agriculture bio à hauteur de 15% de la surface agricole en 2022 (contre 7,55% en 2018). Pour cela, et dans l’optique du Green deal, la France doit mettre les moyens pour le développement de cette filière.

Madame Lienemann demande à Monsieur le Ministre de l’agriculture et de l’alimentation de bien vouloir lui garantir que le gouvernement :

  • S’engage à aider financièrement les régions puisqu’elles puissent prolonger, en 2020, les aides au maintien à l’agriculture biologique en fin de contrat ;
  • S’engage à notifier un transfert suffisant de budget du premier vers le second pilier, pendant la période de transition, pour permettre aux régions de financer l’aide au maintien à l’agriculture biologique ;
  • S’engage à garder une aide au maintien à l’agriculture biologique, accessible à tous les agriculteurs concernés, soit dans le premier pilier (Ecoscheme), soit dans le second pilier.

Copyright © 2012 Marie-Noëlle Lienemann. Tous droits réservés.