Actualités, Economie, Logement

STOP à la hausse des prix de l’immobilier !

Les prix sont repartis à la hausse dans l’immobilier plus fortement que jamais. Le gouvernement doit agir d’urgence pour la limiter en prenant des mesures encadrant les loyers et régulant les prix.

Quelles sont les conséquences de la hausse des prix de l’immobilier ?

1- La hausse des prix dans l’immobilier, c’est une prime à la rente foncière qui accroît encore les inégalités de richesses et stérilise des fonds qui pourraient sinon alimenter la reprise et le soutien à l’activité économique ;

2- La hausse des prix aggrave la ségrégation sociale dans le centre des agglomérations, rejetant les populations modestes toujours plus loin, loin des transports, loin des services, loin de leur travail où ils jouent un rôle essentiel comme nous l’avons tous constatés lors de la crise sanitaire et le confinement ;

3- La hausse des prix grève le pouvoir d’achat des Français qui doivent immobiliser ainsi des sommes toujours plus importantes qui pourraient être utilisées à d’autres fins (équipement, déplacements, culture, transition énergétique, etc.) ;

4- La hausse des prix est enfin mauvaise pour l’écologie, rejetant les logements à prix abordables loin des centres et de l’emploi, obligeant à des transports plus longs ce qui augmente donc toujours un peu plus la consommation d’énergie.

Plutôt que d’augmenter les prix de l’ancien mieux vaut investir dans la rénovation énergétique : il faut refuser toute augmentation des prix des biens supérieurs à 8.000 €/m² s’ils n’atteignent pas la classe énergie C (11 à 20 kg eq. CO2/m² ; 91 et 150 kWh/m²/an).

La hausse de l’immobilier rendant impossible l’accession à la propriété des primo-accédants, il y a urgence à relancer l’accession sociale à prix abordables par le développement massif des organismes fonciers solidaires et la création d’une prime de 15.000 € pour les foyers dont les revenus sont inférieurs à 2,5 SMIC).

Copyright © 2012 Marie-Noëlle Lienemann. Tous droits réservés.