SUD OUEST 28 mars Maire-Noëlle Lienemann « Hollande doit retrouver le souffle du Bourget »

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Publié le 28/03/2013 à 06h00
Par Jefferson Desport

« Hollande doit retrouver le souffle du Bourget »

Pour l’aile gauche du PS, le grand oral du chef de l’État, ce soir sur France 2, doit marquer un tournant. Marie-Noëlle Lienemann attend des actes.

Le chômage qui explose. Les sondages qui plongent. Et la gauche qui commence à s’impatienter, parfois même à haute voix, comme l’a prouvé Pascal Cherki, le député PS de Paris. Lequel n’a pas hésité à déclarer mardi : « Lorsque l’on est président de la France, on n’est pas conseiller général, on prend la mesure de la situation et on change de braquet. » Dès lors, François Hollande, qui a déjà décidé de multiplier les déplacements en région pour retrouver la confiance des Français, peut-il se contenter ce soir, sur France 2, d’une intervention sans annonces ? D’une intervention où la forme l’emporterait sur le fond ? Et ce, quand bien même il sera largement question du chômage ?

Pour Marie-Noëlle Lienemann, la sénatrice PS de Paris et membre de l’aile gauche, la réponse est non : « On a besoin que François Hollande retrouve le souffle du Bourget, mais dans l’action, affirme-t-elle. Nous avons besoin que l’ensemble du peuple de gauche, qui l’a soutenu, se sente partie prenante du changement qu’il attend. » En clair, le président Hollande a toujours plus d’un train de retard sur le candidat qu’il était il y a dix mois.

« Il y a des contraintes qu’on ne peut pas nier, admet Marie-Noëlle Lienemann, mais il faut du volontarisme. » Dit autrement, il serait donc préférable que ce rendez-vous télévisé marque une rupture. Et fixe, enfin, ce fameux cap à suivre. « Je crois que François Hollande en a cons-cience, avance-t-elle. Mais on n’est plus seulement dans la pédagogie. Les Français ont très bien compris où étaient les enjeux et leurs craintes. Il y a un besoin de réponse, d’une inflexion et d’une perspective d’avenir. »

« Un tournant de la relance »Si, en creux, le constat est là encore cruel pour le locataire de l’Élysée, reste à savoir de quelle marge de manœuvre il dispose dans une économie aussi contrainte ? « Il y a des engagements qui ne ruineraient pas le pays, rétorque-t-elle, comme une loi contre les licenciements boursiers ou une loi sur la reprise d’entreprise pour que, lorsqu’il y a un repreneur, l’entreprise ne ferme pas. »

Mais surtout, c’est sur l’orientation générale de la politique du tandem Hollande-Ayrault qu’elle attend les avancées les plus significatives : « Le courant de gauche plaide pour un tournant de la relance. Le pouvoir d’achat des Français a été très érodé. Et quand on touche les catégories populaires et moyennes, c’est inquiétant. » Marie-Noëlle Lienemann défend donc une relance de l’investissement dans l’industrie, une relance de la consommation, en bloquant notamment le montant des loyers, et une réforme fiscale digne de ce nom. Un dernier dossier qui, là aussi, cristallise les inquiétudes : « Il y a un embrouillamini terrible de notre fiscalité. Nous avons eu l’histoire des 75 %, puis celle des ministres qui inventent tous les jours de nouvelles taxes. Il faut maintenant redonner une colonne vertébrale à la grande réforme fiscale annoncée et qui, contrairement à ce qu’a dit Jérôme Cahuzac, n’est pas faite. »

Voilà précisément le sujet sur lequel elle attend François Hollande ce soir : « Il faut que ce dossier soit annoncé, avec un calendrier, des objectifs et des moyens. Il y a eu des mesures positives qui ont été prises, mais personne ne les comprend et, globalement, le discours de la droite sur le matraquage fiscal finit par rentrer dans les têtes alors que c’était à peine un rattrapage fiscal. »

Sachant qu’on ne voit pas comment le chef de l’État pourrait faire l’impasse sur le mariage gay et la démission de Jérôme Cahuzac, les 45 minutes de ce grand oral, qui débutera à 20 h 15, risquent de passer très vite. Une contrainte de plus.

LES DERNIERS ARTICLES