Loi Travail

Une « motion de censure » en cas de 49.3 sur le Projet de loi El Khomri peut être envisagée

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
MNL_Public_Senat_19-02-2016Le 19.02.2016 à 18:14 – Public Sénat

Très opposée au projet de loi de réforme du code du travail, la sénatrice PS de Paris estime que le recours au 49.3 envisagé par le gouvernement serait un passage en force.

« C’est quand même un signe si le gouvernement imagine devoir faire appel au 49.3 c’est qu’il imagine qu’il n’obtient pas l’adhésion de sa majorité en tous cas en l’état. On voit que les syndicats sont arc-boutés même la CFDT qui est plus sensible à la volonté de négociations sociales, tout ça commence très très mal. On voit même à droite, Henri Guaino qui s’y oppose, la tradition gaulliste n’est quand même pas favorable à des reculs sociaux… » affirme-t-elle.

Interrogée sur la stratégie des parlementaires face à ce texte avec la menace du 49.3, Marie Noëlle Lienemann contre-attaque :  « on peut aussi faire une motion de censure au bout d’un moment si le gouvernement considère que sa majorité ne compte plus pour lui…La majorité peut dire, puisque vous vous asseyez  sur nos convictions…parce que là on touche à des choses profondes : des gens qui étaient 100% d’accord avec le gouvernement il y a quelques temps, quand ils voient d’une part la déchéance de nationalité et d’autre part des reculs sociaux comme jamais on a pu en imaginer, là la coupe est pleine ».

Et Marie-Noëlle Lienemann de cependant garder espoir : « J’espère qu’on n’en est pas là, j’espère que le gouvernement va entendre les appels, qu’on va remettre en cause toutes les dispositions hyper nombreuses qui sont dangereuses ». En tout cas pour la sénatrice de Paris : ce texte signe « la fin des 35 heures ».


Projet de loi El Khomri : Lienemann menace d… par publicsenat

LES DERNIERES VIDÉOS

COVID 19 : les Français qui le souhaitent doivent pouvoir être vaccinés !

Réforme du CESE : pourquoi nous rejetons le texte du gouvernement et de l’Assemblée nationale…

Réforme du CESE : une occasion manquée ! Vite, une 6ème République !