Gauche

Le Live BFMTV – mardi 12 mars 2019 – La France serait piégée à rester dans une fausse alternative Macron/Le Pen : nous avons besoin d’une gauche socialiste, républicaine et populaire

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Invitée par BFMTV pour débattre dans le Live, je réagis sur la supposée amélioration d’image de Marine Le Pen dans l’opinion. Les politiques libérales mises en œuvre par Emmanuel Macron ont largement contribué à valoriser – à tort – la fausse alternative représentée par Marine Le Pen et le Rassemblement National (anciennement FN). En réalité, même si le mouvement des « Gilets Jaunes » a pu compter des électeurs du FN, les revendications et aspirations de nature républicaine et sociale qui ont été exprimées ne correspondent en aucune manière aux sujets portées par l’extrême droite : Marine Le Pen et le RN n’ont d’ailleurs rien à répondre au monde du travail, que ce soit en termes de justice fiscale et sociale, de droits et de revenus. L’alternative au duo Macron/Le Pen n’en est que plus impérative.

Je suis également revenue sur les raisons qui expliquent les graves difficultés de la gauche française à représenter à nouveau une alternative, face d’un côté aux néolibéraux autoritaires d’Emmanuel Macron et de l’autres à l’extrême droite xénophobe, nationaliste et identitaire de Marine Le Pen et du Rassemblement National (anciennement Front National). Le quinquennat Hollande, les reniements de la gauche au gouvernement et dans l’opposition sur la construction européenne, son abdication devant le Libéralisme sont les raisons majeures de sa division actuelle et de la défiance de l’électorat populaire à son égard. Pourtant le projet d’une authentique gauche socialiste et républicaine correspondrait bien mieux à l’identité républicaine profonde de notre pays.

LES DERNIERES VIDÉOS

On ne redressera pas le pays après le COVID par le recul social ou celui de nos libertés publiques

50 ans après le manifeste des 343, beaucoup reste à faire en France

Première soirée de débat sur le projet de loi « séparatisme »