Actualités, Economie, Santé Social

CoVid-19 : Un coup d’accélérateur s’impose ! Des changements aussi !

Les déclarations d’Emmanuel Macron hier soir à 20 heures depuis Mulhouse ne répondent toujours pas aux préoccupations immédiates des Français et, en premier lieu, celles des personnels soignants qui constatent la pénurie de masques, de gel hydroalcoolique, de respirateurs.

Alors que dans d’autres pays, les usines textiles tournent à plein régime pour fabriquer des masques, ou que des entreprises sont momentanément reconverties pour produire des respirateurs, on s’interroge : Que se passe-t-il en France ? Il y a ici où là des initiatives souvent locales, mais rien de visible – et en tout cas rien de suffisamment opérationnel. De surcroît, le gouvernement et les administrations ne sont pendant deux mois pas obligés d’informer le Parlement. En conséquence, la parole présidentielle d’hier – qui vient à la suite de ces déclarations sur notre respect aux personnels en première ligne – et l’appel incessant à la solidarité et l’unité paraissent comme un rideau de fumée masquant une certaine impuissance.

Le gouvernement vient d’annoncer des ordonnances permettant de contourner gravement le code du travail et ce bien au-delà de la période de confinement ; or au même moment, les grandes entreprises versent des milliards d’euros en dividendes sans que les pouvoirs publics ne se soient mis en situation d’empêcher cette spoliation. Là encore, quelques bonnes paroles sont prononcées pour les inviter à ne pas réaliser ces versements, mais rien qui est force de loi…deux poids, deux mesures ! Comme d’habitude certes, mais c’est d’autant plus scandaleux dans cette période.

Enfin contraint à annoncer des mesures pour l’hôpital public et son personnel, le président de la République a fait la démonstration de sa totale impréparation (alors que lors du débat parlementaire sur la loi d’urgence et le budget rectificatif, nous n’avons eu de cesse d’interpeller le gouvernement sur cette question impérative et totalement oubliée) et ses vagues déclarations ne convainquent personne.

A contrario, les annonces concernant les entreprises, elles en revanche, sont chiffrées et précises. Et là le gouvernement vient d’annoncer 4 milliards d’euros pour les Start-Up. C’est sans doute utile mais le vide des annonces sur l’hôpital en est d’autant plus sidérant.

Heureusement notre pays peut compter sur l’engagement de nos concitoyens à bien des niveaux, sur les services locaux, et des services publics, certes parfois déstabilisés mais avec des agents toujours motivés. Je salue tous nos concitoyens qui répondent présents aux appels pour la réserve sanitaire, l’accompagnement des soignants et personnels de santé, ou pour aider aux récoltes, qui rejoignent les réseaux de solidarité. L’esprit de fraternité et de civisme demeure vivant dans notre République. Il faut impérativement le faire fructifier plutôt que de prôner en permanence la concurrence entre tous.

Emmanuel Macron nous dit que rien, après le Coronavirus, ne sera comme avant. Les mêmes mots avaient été prononcés après la crise financière de 2008… et pourtant tout était reparti comme avant, voir pire qu’avant.

Notre exigence pour que toutes les dispositions immédiates soient prises et que chacun participe à l’éradication de ce virus et de cette crise est la priorité. Elle doit s’accompagner d’une prise de conscience aiguë de la nécessité de changer radicalement d’organisation de notre société, de nos économies, des politiques et des valeurs à mettre en avant.

Il est temps de redonner tout son sens à l’humanisme et à la République.

Copyright © 2012 Marie-Noëlle Lienemann. Tous droits réservés.