Actualités, La gauche

Table ronde « A-t-on déjà perdu ? » journées de rentrée de Génération.s – 29 septembre 2019

Je suis intervenue dimanche 29 septembre 2019 lors du débat organisé par Génération.s pour leurs journées de rentrée avec les forces de gauche et écologistes. Vous trouverez ci-dessous les vidéos de mes interventions.

J’ai dit ma conviction que nous pouvons remporter la prochaine échéance à condition de prendre immédiatement quelques décisions structurantes :

  1. Face à l’affrontement qui s’est imposé un peu partout dans le monde entre d’un côté des Libéraux qui tentent de maintenir coûte que coûte leur système et de l’autre les Nationalistes et Identitaires de tous poils (ce n’est pas la première fois que cela se produit dans notre histoire politique), l’enjeu est de promouvoir et construire un « nouveau Front populaire », rassemblant à la fois toutes les forces de gauche et écologistes qui veulent bâtir une alternative réelle en y associant des femmes et des hommes qui ne sont pas dans le cadre politique binaire en décomposition. Il s’agit de créer l’unité autour d’objectifs communs, dans les mobilisations bien sûr et d’abord, mais au-delà en préparant un nouveau programme de transformation sociale, à la fois dans un projet de long terme et pour des échéances proches. Dans mon esprit, il s’agit évidemment d’un véritable programme de rupture qui ne peut pas être un simple accord sur le plus petit dénominateur commun, car nous faisons face à une grave crise de confiance sur la capacité des politiques à transformer concrètement la vie des gens et notre société. Il faut également s’accorder sur la manière d’élaborer ce programme : si nous ne tirons pas les leçons du fait que les citoyens se sentent hors jeu des arbitrages politiques, dépossédés par les marchés et les grandes multinationales, alors nous ne parviendrons pas à créer un contrepoids aux deux tendances délétères que j’évoquais plus haut.
  2. Un programme ne suffira pas s’il n’est pas adossé à une nouvelle dynamique de conquête idéologique, d’affirmation culturelle et de restauration des valeurs républicaines, humanistes et socialistes. Cette bataille culturelle ne peut pas se construire dans une logique d’indifférenciation entre les organisations que nous représentons. Les désaccords au sein de la gauche française ont toujours existé et ils ne sont pas réductibles au jeu des ambitions personnelles : ce sont des cultures politiques différentes qu’il faut mettre en symbiose pour prétendre rassembler nos concitoyens. Donc évidemment, il faut se retrouver autour de mobilisation sociales communes, mais je propose que nous travaillions à créer une grande Université militante populaire des forces de gauche et écologistes, dont l’objectif est d’armer collectivement militants et citoyens pour affronter idéologiquement droite, extrême droite et libéraux. Cet outil ne taira pas nos différences mais les rendra fécondes tout en construisant pas à pas dans les échanges nos convergences. L’important aujourd’hui n’est pas d’être dans l’anticipation tactique de l’élection présidentielle de 2022 mais ce que l’on fait pour préparer ensemble culturellement et idéologiquement le terrain de la victoire.

 

Copyright © 2012 Marie-Noëlle Lienemann. Tous droits réservés.