Actualités

J’étais ce matin jeudi 9 août l’invitée de France Info


Lienemann (PS) dénonce une "stratégie débile… par FranceInfo

7 réactions

  1. Noodles dit :

    Bonjour ! sansconnaître votre réaction que j’approuve entièrement, j’avais posté ce texte ce matin sur Agoravox. Je ne sais s’il sera retenu, je l’espère.
    —————————————–
    Traité budgétaire européen : Tout ça pour ça !
    —————————————–
    Reuters nous apprend : « L’adoption en droit français du traité budgétaire européen peut se faire sans révision de la Constitution, a décidé jeudi le conseil constitutionnel, évitant au gouvernement socialiste d’avoir à compter sur les voix de la droite pour le ratifier »
    ——Photo: poignée de mains Sarkozy -Hollande——
    Après le houleux débat de la campagne présidentielle sur la nécessité de RE-NEGOCIER LE TRAITE, François HOLLANDE décide de de s’incliner et même d’accélérer, avec l’approbation du Conseil Constitutionnel, d’accélérer le processus de ratification qui aurait lieu en septembre sans consultation des français par référendum…

    Le « paquet européen » sera donc soumis au Parlement durant la dernière semaine de septembre au cours d’une nouvelle session extraordinaire du Parlement et François Hollande a demandé au gouvernement de préparer « rapidement » le texte.

    Cela me désole profondément de me retrouver (sur ce sujet) sur la même ligne que le FN.

    A mon avis la re-négociation eût été un puissant levier pour changer la « donne » en Europe.

    Dire non à Mme Merkel, trouver des alliés parmi les autres pays pour donner de la force à cette opposition me paraissait, à moi, fondamental pour la suite. Avoir seulement obtenu un plan de 120 milliards d’euros pour la croissance ne peut que nous apparaître insuffisant, non pas comme montant, mais comme principe. Une espèce de simple transaction financière en échange de notre souveraineté…Pas cher !

    Céder, céder, céder…on a déjà vu ça.

    On peut déjà regretter son vote du premier tour car il y avait d’autres voix (voies !) proposées !

    Par les réactions au présent article, j’aimerais que les Agoranautes expriment résolument le fond de pensée des citoyens du pays

    A vos claviers ! Merci

    noodles

  2. PONS dit :

    Vous semblez être la seule française qui ne se soit pas aperçue à quel point Hollande, dès son élection, s’est démené dans ce dossier… en vain. Il a voulu que le pacte ne soit pas inscrit dans la Constitution précisément pour que l’austérité à vie ne soit pas une règle constitutionnelle. Il n’est pas certain que la loi organique satisfasse les instances européennes ad’hoc. Nos créanciers ne nous laissent pas le choix et nos garants, pas davantage. Quand on souscrit un emprunt, on est bien obligé d’accepter les conditions des banques ; sinon, on s’abstient. Je ne souviens pas vous avoir entendue nous mettre en garde sur l’augmentation incessante de nos créances. Polémiquer n’est pas à la hauteur des enjeux à venir : les efforts qui vont être demandés aux français vont les diviser et fragiliser le gouvernement et il est indispensable que le PS soit uni. Dans la difficulté, les britanniques sont unis autour de leur roi, les allemands disciplinés tandis que les français se divisent… Ils ont voté pour Hollande en connaissance de cause sur ce dossier dont on a abondamment parlé. Le temps est venu de passer aux actes et non de polémiquer pour des questions purement idéologiques ou politiciennes. La réalité de la comptabilité est implacable et comme pour le traité sur l’Europe, il n’y personne en face avec qui renégocier ; c’est une réalité incontournable face à laquelle le pragmatisme s’impose.

  3. PONS dit :

    L’augmentation de nos dettes et non de nos créances.

  4. Fred Hochet dit :

    Bonjour

    Cela fait plaisir de voir au PS des gens qui ont au moins compris que lâcher encore plus les manettes du pays ne peut que détériorer durablement notre situation.

    Il est inquiétant cependant que vous placiez le succès de M. Hollande au-dessus de cet enjeu essentiel pour les citoyens; la priorité inverse s’impose!

    Vous souhaitez que M. Hollande renégocie le texte du traité; mais Mme Merkel a déjà opposé une fin de non-recevoir. Elle ne reviendra pas sur un traité international déjà négocié car elle a, elle, et tout son pays avec elle, le sens tout germanique du respect au mot le mot des engagements internationaux. Et il faut lui reconnître raison sur ce point, ce qu’a déjà fait le SPD. Renégocier, belle idée, mais il n’y aura pas d’interlocuteur.

    Au stade où en sont les choses, appellerez-vous au vote contre ce texte ou bien vous limiterez-vous à l’abstention? Et si le texte passe, seriez-vous prête à faire partie des forces résolues à sortir de ce piège mortel par la seule voie légale restante, à savoir l’activation de l’article 50 du TFUE et donc, la sortie de l’Union Européenne ?

    Bien cordialement

  5. Dautun dit :

    Bonjour Madame,
    Merci pour votre intervention limpide et courageuse du point de vue politique.
    Cordialement.

  6. luc dit :

    En 2000, malgré 3 ans de croissance (3,4% en 1998, 3,3% en 1999 et 3.7% en 2000) grâce au pétrole à 10 dollars et 31 milliards d’euros de recettes de privatisation, le déficit budgétaire représentait toujours 1,5% du PIB.

    La dette a augmenté de 40 milliards d’euros entre 1998 et 2000.

    Sans les recettes de privatisation, la dette aurait augmenté de 70 milliards d’euros.

    Si même en période de forte croissance la France continue de d’endetter, la dette de notre pays n’est pas prête de diminuer.

  7. skreko dit :

    très bonne analyse de la situation économique de la france et les bonnes solutions qui vont avec

Copyright © 2012 Marie-Noëlle Lienemann. Tous droits réservés.