Actualités, République

Remaniement : Emmanuel Macron n’a rien compris

communiqué de presse du vendredi 3 juillet 2020 à 14h30

Emmanuel Macron ne tire aucune leçon, ni du mouvement des gilets jaunes, ni de la mobilisation des Français contre sa réforme des retraites, ni de notre impréparation à la crise du COVID-19 ou de ses conséquences. Il ne veut rien comprendre et en particulier la lassitude de nos concitoyens devant ses coups de communication qui sont comme autant d’écrans de fumée masquant son incapacité à répondre aux attentes des Français comme aux grands défis que doit relever le pays. Il ne changera pas de politique et c’est d’autant plus grave que la situation sociale économique et écologique du pays exige une mobilisation sans précédent avec un cap nouveau et fédérateur pour les Français.
On pouvait attendre qu’il fixe ce nouveau cap lors de sa rencontre avec la presse régionale. C’est tout le contraire : reprise de la réforme des retraites pour les diminuer, rengaine sur le « travailler plus », leurre d’une nouvelle décentralisation en lieu et place d’un renforcement et d’une démocratisation de l’Etat et des services publics pour mieux garantir l’égalité républicaine. Sans compter son refus de taxer les dividendes et de restaurer l’ISF, mais aussi de faire les efforts financiers indispensables pour l’Hôpital et les personnels de santé ou pour lutter sérieusement contre le changement climatique.
Après le prétendu « et de gauche et de droite« , c’est le « ni justice sociale, ni écologie« .
Et surtout rien sur une relance de grande ampleur pour sortir de la crise actuelle et engager un nouvel avenir, rien sur l’indispensable reconquête de notre souveraineté industrielle, numérique ou agricole, rien pour consolider notre modèle social et républicain, défendre l’emploi et le pouvoir d’achat des couches populaires.
Faire un simple lifting gouvernemental pour tout mieux contrôler ne doit pas cacher cette dramatique incurie face à une situation gravissime. Emmanuel Macron va continuer de jouer petit bras, là où le président devrait manifester volontarisme, abandon des vielles lunes libérales et capacité à unir les Français qui doutent tant de leur avenir que de la politique.
Aucun pays ne peut sortir d’une telle crise sans que son peuple retrouve confiance en lui-même et en son destin.
Le changement de premier ministre comme la posture actuelle d’Emmanuel Macron sont à des années-lumières de cette exigence.

La nomination de Jean Castex, homme de droite, proche de Nicolas Sarkozy, est un pied de nez à ceux qui prétendaient que le libéral Emmanuel Macron manifesterait une inflexion à gauche. Mais surtout cela démontre clairement que le président de la République va concentrer encore davantage les pouvoirs et gérer en petit comité les politiques publiques, avec cette gravissime idée que l’efficacité viendrait d’un pilotage technocratique partant du sommet !
Une grande majorité des Français, de territoires, mais aussi la rénovation de la démocratie, le rebond de notre économie comme la transition écologique vont rester au bord du nouveau chemin d’Emmanuel Macron.

Copyright © 2012 Marie-Noëlle Lienemann. Tous droits réservés.